La 2ème édition de la FuckUp Night (FUN) à la maison blanche a eu lieu le 22 mars dernier ! Une salle comble et comblée face à 4 orateurs qui ont réussi à faire de leurs échecs des forces !

Après le succès de la première édition FuckUp Night (FUN) en février 2017, nous étions impatients de renouveler l’expérience. Donc le moment venu, nous avons défini avec FuckUp Night Switzerland la date pour cette soirée et nous avons contacté les personnes qu’on pensait idéales pour nous raconter leurs expériences d’échecs.

 

Petit rappel : c’est quoi une FuckUp Night ? Et pourquoi ?

C’est un mouvement mondial et une série d’évènements pour partager les échecs professionnels. 3 à 4 personnes vont sur le devant de la scène pour parler de leur fuckup (foirage/ échec/ ratage) devant un public attentif.

Mais pourquoi parler d’échec ? Parce qu’on en apprend souvent plus des échecs des autres que de leurs réussites, et aussi parce qu’il faut dédramatiser l’échec, en faire une force pour continuer. En écoutant les échecs des autres, on se rend compte que ça arrive aussi aux autres et qu’il ne faut pas avoir peur de se lancer, ne pas avoir peur d’échouer.

 

FUN à l’école de vitrail

Début de soirée à la maison blanche pour l’apéro. Puis tout le monde se déplace à l’école de vitrail, juste à côté. L’école de vitrail nous avait déjà accueillis l’année passée et c’était l’endroit parfait pour une FUN, dans une ambiance atelier, détendue. Le bar tenu par Guy Cristina permet aux spectateurs de se désaltérer pendant la soirée.

Les personnes sur scène

Pour cette édition, nous avons eu le plaisir d’avoir un modérateur très local : Philippe Battaglia. Il a su s’imprégner de l’identité FUN à merveille, en humour et dynamisme ! Matthieu Monnard en tant que président de l’association de la maison blanche a aussi dit quelques mots d’introduction et de conclusion !

Nos 4 orateurs ont été magnifiques :

Gilles Brunner : partage d’une expérience bien montheysanne, puisqu’il nous a parlé de carnaval, de bar et d’amitié ! Ce qu’on a appris : l’importance de bien définir les attentes de chacun lors de la mise en place d’un projet, pour éviter les malentendus et les déceptions.

Suzanne Tornare : aussi un cas bien montheysan : boutique au centre ville et travaux. Et aussi les difficultés d’être à son compte. Ce qu’on a appris : il faut faire ses expériences pour savoir ce qui nous correspond vraiment.

Morgane Pfefferlé : expérience toute fraîche de création d’entreprise avec les aléas du début qui vont avec. Ce qu’on a appris : s’entourer de personnes de confiance et ne pas hésiter à remettre en question ses croyances.

Roger Morisod : pas d’images à projeter comme les 3 autres orateurs, mais un récit touchant. Ce qu’on a appris : ne pas faire confiance aveuglément et rester humble.




Nos chers partenaires pour la FuckUp Night

La FuckUp Night 2018 à la maison blanche, en partenariat avec FuckUp Nights Switzerland, Ecole suisse de vitrail et création, expert multimedia et Neurhone.

Rédigé par Maud Richard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

EffacerPublier des commentaires